Warner Bros - Newsroom

S'identifier

Mot de passe oublié ?

  • 27/01/20
  • UNE BOURSE « La Voie de la Justice » dispensée par Paris Dauphine ET WARNER BROS FRANCE


Warner Bros France et l'Université de Paris Dauphine s'associent

pour offrir aux étudiants en droit une nouvelle bourse baptisée “La Voie de la Justice”,

en référence au film inspiré du véritable combat pour la justice de l’avocat Bryan Stevenson. 

 

Grâce à cette bourse, un étudiant ou une étudiante pourra suivre les cours spécifiques dispensés par l'université et financer ainsi son passage de l'examen du Barreau aux États-Unis (États de New York et Californie)


Dans le cadre de la sortie du film LA VOIE DE LA JUSTICE, au cinéma le 29 Janvier 2020, Warner Bros. Entertainment France met en place une bourse d'un montant de 6659 dollars afin de financer les cours de préparation du barreau américain dispensés par l'université Paris Dauphine, en association avec BARBRI.

L'objectif de cette bourse consiste à sensibiliser les étudiants en droit et les avocats à la mission de Bryan Stevenson et à mettre en exergue les différences entre les systèmes judiciaires américain et français.

L'Université de Paris Dauphine PSL, en partenariat avec BARBRI, offre depuis 2017 un cycle de cours préparatoires aux examens d'entrée des barreaux des États de New York et de Californie destinés aux étudiants et aux professionnels souhaitant devenir avocats.

Il existe deux sessions de cours préparatoires – débutant l'une en septembre et l'autre en Avril – d'une durée de dix mois chacune. Les candidats doivent s'inscrire via le portail de Barbri au plus tard dix jours avant le début de ces sessions. Le bénéficiaire de la bourse sera choisi par l'Université en fonction de son cursus universitaire, de son CV et d'une lettre de motivation adressée au département des Affaires Internationales. En outre, les revenus des deux parents du candidat, ou du candidat, ne peuvent dépasser 40 000 € par an.

 

 

SYNOPSIS :

LA VOIE DE LA JUSTICE, inspiré du best-seller autobiographique de Bryan Stevenson, retrace l'histoire vraie particulièrement édifiante du jeune avocat Bryan Stevenson et de son combat pour la justice qui a marqué l'histoire. Diplômé en droit de Harvard, Bryan Stevenson (Michael B. Jordan) aurait pu choisir de mettre son talent au service d'un gros cabinet et de gagner très bien sa vie. Mais il décide de se rendre en Alabama pour défendre des hommes jugés coupables à tort ou d'autres qui n'ont pas les moyens d'être défendus, avec le soutien de la jeune avocate Eva Ansley (Brie Larson). Il commence par défendre Walter McMillian (Jamie Foxx) qui, en 1987, a été condamné à mort pour le meurtre d'une adolescente de 18 ans : non seulement les preuves de son innocence sont accablantes, mais le seul témoignage à charge est celui d'un criminel qui avait de bonnes raisons de mentir. Au cours des années suivantes, Bryan se retrouve empêtré dans un dédale de manœuvres judiciaires et politiques. Affrontant un racisme qui s'affiche sans complexe, il se bat pour Walter et d'autres victimes d'un système inique ligué contre eux.


LA VOIE DE LA JUSTICE sera distribué en France le 29 janvier 2020 par Warner Bros. Pictures.

Contact presse :

Carole Chomand | Warner Bros. France

Carole.chomand@warnerbros.com

 

Servane Magnan | Warner Bros. France

Servane.magnan@warnerbros.com

 

 

#LaVoiedelaJustice

Au cinéma le 29 Janvier 2020.


  • Titre : LA VOIE DE LA JUSTICE
  • Titre original : JUST MERCY
  • Durée : 2h16
  • Réalisé par : Destin Daniel Cretton
  • Avec : Michael B. Jordan, Jamie Foxx, Brie Larson
  • Résumé : Diplômé en droit de Harvard, Bryan Stevenson (Michael B. Jordan) aurait pu choisir de mettre son talent au service d'un gros cabinet et de gagner très bien sa vie. Mais il décide de se rendre en Alabama pour défendre des hommes jugés coupables à tort ou d'autres qui n'ont pas les moyens d'être défendus, avec le soutien de la jeune avocate Eva Ansley (Brie Larson). Il commence par défendre Walter McMillian (Jamie Foxx) qui, en 1987, a été condamné à mort pour le meurtre d'une adolescente de 18 ans : non seulement les preuves de son innocence sont accablantes, mais le seul témoignage à charge est celui d'un criminel qui avait de bonnes raisons de mentir.

News associées