Warner Bros - Newsroom

S'identifier

Mot de passe oublié ?

  • 04/09/17
  • ÇA : L'extrait issu du livre

ÇA – Extrait du livre de Stephen King

Extrait 3

 

Il courait donc à la poursuite de son bateau, du côté gauche de Witcham Street, aussi vite qu’il le pouvait ; mais le bateau prenait de l’avance, car l’eau dévalait plus vite encore. Son grondement allait s’amplifiant, et il s’aperçut qu’à une cinquantaine de mètres en contrebas, elle quittait le caniveau pour cascader dans un conduit d’urgence que l’on n’avait pas encore refermé.

 

Il formait un grand demi-cercle obscur sur le bord du trottoir, et, alors que George regardait dans cette direction, une branche dépouillée à l’écorce noire et luisante comme une peau de

phoque s’engouffra dans sa gueule.

 

Elle y resta accrochée un instant avant d’y disparaître. C’était là que se dirigeait son bateau.

« Oh, merde et merdouille ! » s’écria-t-il, consterné.

 

ÇA

 

Il accéléra le pas, et crut pendant quelques secondes pouvoir rattraper le bateau. Mais l’un de ses pieds glissa sur quelque chose, et il alla s’étaler, s’écorchant le genou, avec un cri de douleur. De ce nouvel angle au ras du sol, il vit l’embarcation tourner deux fois sur elle-même, momentanément prisonnière d’un tourbillon, puis disparaître.

 

« Merde et merdouille ! » cria-t-il de nouveau, frappant la chaussée du poing. Il se fit mal et les larmes lui vinrent aux yeux.

Quelle stupide façon de perdre le bateau !

Il se releva et s’approcha de la bouche d’égout. Il mit son bon genou à terre et regarda à l’intérieur.

 

L’eau faisait un grondement creux en s’enfonçant dans les ténèbres, un bruit de maison hantée qui lui rappelait...

Un cri étranglé sortit de sa gorge et il sursauta. Deux yeux jaunes le regardaient de là-dedans, des yeux comme ceux qu’il avait imaginés le guettant dans la cave, sans jamais les voir. C’est un animal, pensa-t-il de manière incohérente, c’est tout ce que c’est, un animal, tout bêtement un chat qui a été emporté là-dedans...

 

Il était cependant prêt à s’enfuir en courant — il allait s’enfuir en courant dans deux secondes, quand ses mécanismes mentaux auraient digéré le choc produit par ces deux yeux jaunes et luisants. Il sentait la surface rugueuse du macadam sous ses doigts, ainsi que l’eau froide qui les contournait. Il se vit se relever et battre en retraite, et c’est à cet instant qu’une voix — une voix agréable, au ton raisonnable — lui parla depuis la bouche d’égout.

 

 

ÇA

« Salut, Georgie ! » fit-elle.

George se pencha et regarda de nouveau. Il n’en croyait pas ses yeux ; c’était comme dans un conte de fées, ou comme dans ces films où les animaux parlent et dansent. Il aurait eu dix ans de plus, il serait resté incrédule : mais il avait six ans, et non seize.

Un clown se tenait dans l’égout. L’éclairage n’y était pas fameux, mais néanmoins suffisant pour que George Denbrough n’ait aucun doute sur ce qu’il voyait.

 Un clown, comme au cirque, ou à la télé. Un mélange de Bozo et Clarabelle, celui (ou celle, George n’était pas très sûr) qui parlait à coups de trompe dans les émissions du dimanche matin.

 

Le visage du clown était tout blanc ; il avait deux touffes marrantes de cheveux rouges de chaque côté de son crâne chauve et un énorme sourire clownesque peint par-dessus sa propre bouche. Il tenait d’une main un assortiment complet de ballons de toutes les couleurs, comme une corne d’abondance pleine de fruits mûrs. Et dans son autre main, se trouvait le bateau en papier journal de George.

« Tu veux ton bateau, Georgie ? » fit le clown avec un sourire. George lui sourit à son tour ; il ne put s’en empêcher. C’était le genre de sourire auquel on ne pouvait faire autrement que de répondre. « Oui, bien sûr, je le veux.

 

— “Bien sûr, je le veux !” fit le clown en riant. Voilà qui est bien dit, très bien dit ! Que penserais-tu d’un ballon ?

 

— Eh bien... oui ! » Il tendit une main hésitante, puis se reprit. « Je ne dois pas prendre les choses que me donnent des étrangers. C’est ce que Papa m’a dit.

 

 — Ton papa a parfaitement raison, admit le clown du fond de son égout, toujours souriant. (Comment ai-je pu croire, se demandait George, qu’il avait les yeux jaunes? Ils étaient d’un bleu brillant et pétillant, comme ceux de sa mère ou de Bill.) Parfaitement raison. C’est pourquoi je vais me présenter. Georgie, je m’appelle Mr. Bob Gray, aussi connu sous le nom de Grippe-Sou le Clown cabriolant. Grippe-Sou, je te présente George Denbrough. George, je te présente Grippe-Sou. Eh bien, voilà, nous ne sommes plus des étrangers l’un pour l’autre. Pas vrai ? » George pouffa. « C’est vrai. » Il tendit de nouveau la main, et de nouveau la retira.

« Comment t’es descendu là-dedans?

— La tempête nous a balayés, moi et tout le cirque, répondit Grippe-Sou. Ne sens-tu pas l’odeur de cirque, Georgie ? » Georgie se pencha. Ça sentait les cacahuètes, les cacahuètes grillées ! Et le vinaigre, ce vinaigre blanc que l’on verse sur les frites d’une bouteille avec un petit trou !

Ça sentait aussi la barbe à papa et les beignets frits, tandis que montait, encore léger mais prenant à la gorge, l’odeur des déjections de bêtes fauves. Sans oublier celle de la sciure. Et cependant...

Et cependant, en dessous, flottaient les senteurs de l’inondation, des feuilles en décomposition et de tout ce qui grouillait dans l’ombre de l’égout. Odeur d’humidité et de pourriture.

L’odeur de la cave.

Mais les odeurs du cirque étaient plus fortes.

 « Tu parles, si je les sens ! s’exclama-t-il.

— Tu veux ton bateau, Georgie ? demanda

Grippe-Sou. Tu n’as pas l’air d’y tenir tant que ça », ajouta-t-il en le soulevant avec un sourire.

Il était vêtu d’un ample vêtement de soie fermé d’énormes boutons orange; une cravate d’un bleu électrique éclatant pendait à son cou, et il avait de gros gants blancs comme ceux que portent toujours Mickey et Donald.

« Si, j’y tiens, dit George, toujours penché sur l’égout.

— Veux-tu aussi un ballon ? J’en ai des rouges, des verts, des bleus, des jaunes...

— Est-ce qu’ils flottent ?

— S’ils flottent ? » Le sourire du clown s’élargit.

« Et comment! J’ai aussi de la barbe à papa... »

George tendit la main.

Le clown la lui prit.

Et George vit changer le visage de Grippe-Sou. Ce qu’il découvrit était si épouvantable qu’à côté, ses pires fantasmes sur la chose dans la cave n’étaient que des féeries. D’un seul coup de patte griffue, sa raison avait été détruite.

« Ils flottent... », chantonna la chose dans l’égout d’une voix qui se brisa en un rire retenu.

 

 

Elle maintenait George d’une prise épaisse de pieuvre ; puis elle l’entraîna dans l’effroyable obscurité où grondaient et rugissaient les eaux, emportant leur chargement de débris vers la mer.

George détourna tant qu’il put la tête des ultimes ténèbres et se mit à hurler dans la pluie, à hurler inconsciemment au ciel blanc d’automne qui faisait ce jour-là comme un couvercle au-dessus de Derry. Des cris suraigus, perçants, qui tout au long de Witcham Street précipitèrent les gens à leur fenêtre ou sous leur porche. « Ils flottent, gronda la voix, ils flottent, Georgie, et quand tu seras en bas avec moi, tu flotteras aussi... »

L’épaule de George vint buter contre le rebord en ciment du trottoir, et Dave Gardener, resté chez lui à cause de l’inondation au lieu d’aller travailler comme d’habitude au Shoeboat, ne vit qu’un petit garçon en ciré jaune qui hurlait et se tordait dans le caniveau, tandis que de l’eau boueuse et écumante transformait ses cris en gargouillis.

 

« Tout flotte, en bas », murmura la voix pourrie et ricanante ; puis il y eut soudain un bruit affreux d’arrachement, une explosion d’angoisse, et George Denbrough perdit connaissance. Dave Gardener fut le premier sur place ; il arriva à peine quarante-cinq secondes après le premier cri, mais George était déjà mort.

 

L’homme le saisit par le ciré, le tira dans la rue... et commença lui-même à crier quand le corps de l’enfant se retourna entre ses mains. Le côté gauche du ciré était maintenant d’un rouge éclatant. Du sang coulait dans l’égout depuis le trou déchiqueté où se trouvait autrefois le bras gauche; des os emmêlés, horriblement brillants, dépassaient du vêtement déchiré.

Les yeux de l’enfant étaient grands ouverts sur le ciel blanc, et tandis que Dave se dirigeait d’un pas incertain vers ceux qui arrivaient, courant en désordre dans la rue, ils commencèrent à se remplir de pluie.

 

                                                                                                                                                                      _

 

Extrait de Ça (Tome 1) publié aux éditions Le Livre de Poche.

© Stephen King, 1986.

© Éditions Albin Michel S.A., 1988, pour la traduction française.

 

 

 

 

  • Titre : CA
  • Titre original : IT
  • Durée : 2H14
  • Réalisé par : Andy Muschietti
  • Avec : Bill Skarsgård, Jaeden Lieberher, Jeremy Ray Taylor, Sophia Lillis, Finn Wolfhard, Wyatt Oleff, Chosen Jacobs, Jack Dylan Grazer, Nicholas Hamilton
  • Résumé : Plusieurs disparitions d'enfants sont signalées dans la petite ville de Derry, dans le Maine. Au même moment, une bande d'adolescents doit affronter un clown maléfique et tueur, du nom de Grippe-Sou, qui sévit depuis des siècles. Ils vont connaître leur plus grande terreur.

Matériels de presse

Guide des matériels WB.
Vidéos
Textes

one page IT nov 2016.docx Download

IT_DP.pdf Download

ÇA- Extraits.pdf Download

News associées